prévention 

Il est nécessaire que le personnel encadrant et les adultes en général soient bienveillants dans ce type de situation. Les 3 protagonistes du harcèlement (victime-harceleur-témoins) doivent être accueillis, écoutés et  aidés à des niveaux différents.

Les victimes comme les témoins sont en droit d’attendre que les adultes les protègent face à cette situation.

Les adultes pensent que certains élèves dramatisent des situations. En tant que responsables, ils doivent vérifier si l’élève est en souffrance ou non.

L’impuissance des adultes à résoudre une situation de harcèlement est un mauvais signe pour les élèves. Ils ne savent plus ce qui est interdit de ce qui est permis dans l’établissement scolaire. Les élèves doivent pouvoir compter sur les adultes.

Eduquer à l’utilisation du téléphone portable ou des réseaux sociaux

On pense peu à éduquer à l’utilisation responsable et citoyenne des nouveaux moyens de communications et pourtant cela éviterait bien des difficultés par la suite aux enfants et aux adolescents.

Quand un ado reçoit un téléphone ou un ordinateur, il est important de l’informer sur les risques qu’il encoure en adoptant certains comportements.

Posons-nous la question de l’âge idéal pour avoir un smartphone avec la 3G ou la 4G ? Est-ce qu’un enfant de moins de 12 ans est en capacité de gérer les conséquences négatives de l’utilisation de cet appareil ?

Doit-on accompagner un jeune dans la gestion de ces appareils (ordinateurs, portable, GSM, ipod,…) ?  Bien sûr que oui !

  • Il est important de lui faire comprendre qu’il ne doit pas donner son numéro de téléphone à n’importe qui dans la cour de récréation.
  • Il est nécessaire qu’il comprenne qu’il existe un code de savoir vivre dans la réalité comme dans la virtualité.
  • N’hésitez pas à placer l’ordinateur dans une pièce de vie commune et pas dans la chambre des ados/enfants.
  • Instituez des règles : remise des téléphones portables aux parents à une telle heure en semaine et à une heure plus cool le week-end.
  • Rappelez que le téléphone ou l’ordinateur est un outil et pas le prolongement de son corps.
  • En tant que parents, proposez d’autres activités à vos jeunes : sorties, cinéma, jeu de société, activités sportives, visites, moments sans écran,…
  • Gardez une communication avec vos jeunes, même si à certains moments cela s’avère difficile. Faites appel à la famille ou une personne de confiance si vous voyez que les liens se coupent petit à petit. Faites-vous aider par des services tels que :

http://www.yapaka.be/tous/page/ou-trouver-de-laide

www.inforjeunes.be www.ijbw.be

www.aidealajeunesse.cfwb.be

  • Enfin, signalez les contenus, les messages, les commentaires qui portent atteinte à votre enfant. La plupart des réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Snapchat, Twitter, YouTube…) permettent de signaler les cyberviolences, mais les enfants et les adolescents ne le savent pas toujours.

http://cyberhelp.be/