Accueil » Actualités » keep calm and stay at home » Covid-19: Et au sujet de l’avortement?

Covid-19: Et au sujet de l’avortement?

Durant le confinement, beaucoup de structures non-essentielles ont dû fermer. Mais quand est-il des Centres de planning familial ?

Beaucoup de personnes ont fait l’erreur de penser que ces centres ont fermé leurs portes depuis le mois de mars, mais c’est faux ! Ils sont une structure essentielle, tout comme les hôpitaux.

Evidemment, comme le reste de la société, ils ont été impactés par le virus et fonctionnent au ralenti, avec des mesures mises en place pour cette période.

Leur priorité – durant cette période – est d’assurer les consultations gynécologiques urgentes et les Interruptions Volontaires de Grossesses (IVG), d’autant plus que les hôpitaux ne les pratiques plus pour le moment.

L’avortement médicamenteux (ingestion d’une pilule) est privilégié au détriment de la méthode chirurgicale (aspiration de l’embryon) afin de diminuer un maximum de contact physique et de protéger médecin comme patiente. Quand la grossesse est trop avancée, la méthode chirurgicale est évidemment encore utilisée.

L’avortement est un droit et les Centres de planning familial s’organisent pour qu’il y ait des médecins dans un maximum de centres afin de couvrir une zone géographique plus large.

Ces centres sont près à accueillir et à guider au mieux toute personne qui les contacte afin de répondre un maximum aux besoins et demandes de chacun(e).

Plus d’infos sur ce lien : https://www.rtbf.be/info/dossier/les-grenades/detail_comment-le-coronavirus-affecte-les-avortements?id=10468457

Pour rappel, voici les règles du planning familial :

“Lors d’un premier entretien, un-e accueillant-e (psychologue ou assistant-e social-e) t’écoute, en toute confidentialité et sans jugement. Il/Elle est soumis-e au secret professionnel-le-s. Ce professionne-le t’aide, si besoin, à clarifier ta situation. Il/Elle t’informe d’une manière globale sur l’IVG (droit, déroulement, méthodes, etc.) et sur les alternatives à l’IVG.

Le/La professionnel-le à l’écoute ne juge pas, ne balise pas la situation et ne culpabilise pas la/les personne-s en face de lui/d’elle.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *